Google+

Monceau Fleurs vient d’ouvrir 3 magasins à Angers

22 novembre 2017

Partager l'article :

Une belle histoire qui démarre en 2005

Depuis le jeudi 16 Novembre, les Angevins découvrent en lieu et place des magasins bien connus « le Marché O’ Fleurs », répartis sur la ville, l’enseigne Monceau Fleurs. Pas de changement de propriétaires pour autant puisque Cécile et Olivier PIHAN, entrepreneurs depuis 2005, ont décidé de métamorphoser leurs boutiques en adoptant ce concept unique qui mêle élégance, créativité et originalité.

Olivier et Cécile PIHAN Crédit photo :  JAF-Info Jardinerie animalerie Fleuriste

Olivier et Cécile PIHAN
Crédit photo :
JAF-Info Jardinerie animalerie Fleuriste

Par amour des fleurs                                                                                            

L’histoire de Cécile et Olivier démarre en 2004 lorsqu’ils décident de quitter la région parisienne pour créer leur propre entreprise dans l’univers floral.  Au salon de la franchise qui se tient à Paris ils rencontrent les dirigeant d’une enseigne qui a un magasin à reprendre sur Angers. La ville leur plait, le concept également et le magasin est parfaitement situé Avenue Pasteur. Leur décision est rapidement prise et c’est ainsi qu’ils adoptent cette nouvelle vie et cette nouvelle ville pour s’y épanouir. En 2007, ils acquièrent un second magasin situé Bd Bédier puis, en 2009, ils créent un 3ème point de vente, Bd Clémenceau.  Ils décident alors d’harmoniser leur 3 points de vente qu’ils vont baptiser « Le Marché O’ Fleurs ». Le succès ne se dément pas avec une offre attractive et une quinzaine de fleuristes professionnelles passionnées par leur métier.

Pourquoi ce changement ?

Pour Cécile et Olivier PIHAN « il est évident que le métier à évolué. Les fonctions sont de plus en plus spécialisées et l’on n’a pas le temps d’être partout. Nous appuyer sur une enseigne nationale comme Monceau Fleurs va nous permettre d’offrir encore plus de services à notre clientèle, déjà très fidèle. Grâce aux outils apportés nous allons pouvoir nous adapter au digital, proposer le service Click & Drive. Par exemple, le client commande depuis son smartphone et vient chercher son bouquet dans l’heure, … et bien d’autres services inédits que seuls, nous ne pouvions pas mettre en place. »